Beausemblant d'hier

01 avril 2018

MONUMENT AUX MORTS suite 3

 

Une carte postale du monument dans les années 20

 

 

 On y retrouve les symboles qui ornent régulièrement ces monuments.

 

 

-           La forme pyramidale le lien en terre le ciel et la terre, forme ancienne déjà utilisée dans l’antiquité.

-           La palme,  c’est la  victoire et le  sacrifice.  Elle peut être lue comme le symbole du martyre chez les chrétiens.

 

-           La croix de guerre en signe d’honneur rendu à tous les soldats réconciliant ainsi pratiquants et laïcs.

 

-           « La commune de Beausemblant à ses enfants morts pour la patrie » a été l’épitaphe la plus souvent choisie par les communes.

 

-           Le bas relief en bronze du poilu glorieux casqué les mains en appui sur la garde de la baïonnette, la république présente avec le drapeau en arrière plan, surveillant l’ennemi,  prêt à combattre,  il protège la patrie (pro Patria).  Le casque c’est celui de l’invincibilité, les feuilles de chêne de la victoire en couronne sur celui-ci. Tous les symboles « républicains » ont été réunis….

 

 

 

 -           Les feuilles de lauriers dessous ce bas relief et sur les 4 faces : la victoire, le courage, l’héroïsme

 

 

 -           Le carré  délimité par 4 obus. Ils nous rappellent le rôle de l’artillerie dans cette guerre, mais souvent ces obus sont liés par une chaine interdisant ainsi à ces obus de donner encore la mort. La mort enchainée.

 

 

 

On le devine à peine sur la carte des années 20, mais mieux sur cette prise, (dans les années 30)  il y avait sous le bas relief en bronze un ensemble de médaillons regroupés en cercle, 16 photos de soldats.

Pourquoi uniquement 16 alors que l’on en décompte 29 ou 31 (33 après 1922) selon la liste.

De 1914 à 1916   16 noms sur la plaque côté nord

De 1916 à 1922  17 noms sur la plaque côté  sud (15 avant 1922)

Y avait-il le même ensemble de médaillons sur l’autre face opposée ?

Quoi qu’il en soit ils ont disparu ! En quelle année ?

J'ai demandé à M. Bonévêque qui a travaillé longtemps pour la commune, s'il avait souvenir de ces médaillons. Il ne les a jamais vus, ils avaient donc déjà disparu au début des années soixantes. La logique voudrait qu’à la suite de la seconde guerre mondiale et de la guerre d’Algérie les nouveaux noms à inscrire sur une plaque aient imposé la dépose de ces médaillons. Mais alors, pourquoi les avoir "jetés" ?

On t ils disparu de la même manière que ce bout de stèle découvert à Creure dans les années 80 ????

monument red

 

Posté par belsimilien à 12:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


10 mars 2018

MONUMENT AUX MORTS suite 1

 

Dans son livre le C.D.H 14.18 de la Drôme aborde un sujet intéressant sur le choix des monuments, du prix,  du lieu d’érection …

On se rend compte que cela n’a pastoujours été aussi simple. Les comités qui se créaient au sein des communes n’avaient pas forcément la même vision que les municipalités en place ou les familles concernées. Politiquement, religieusement,  un monument pouvait refléter une idéologie,  laisser un message guerrier, patriotique ou de paix, d’où des emplacements dans le cimetière, dans l’église ou sur la place publique, qui elle, reste républicaine.

A Beausemblant les délibérations liées à l’érection du monument, ne rendent pas compte de ce genre de confrontation, où alors cela n’apparaît pas.

Dans notre commune, dés le 25 mars 1920 il est fait mention dans les délibérations du Conseil Municipal de l’achat d’un terrain pour ériger un monument. Il est aussi voté la levée d’une souscription communale.

Le 18 juillet 1920 Le C.M donne mandat au maire pour l’achat d’un terrain.

(Archives Municipales de Beausemblant)

Une parcelle est achetée à Monsieur Paul Reynaud, quartier de l’église, d’une superficie de 300 m2 pour un montant de 1000 Frs.

Un bail de 9 ans est signé avec le même propriétaire pour le terrain attenant à cette parcelle de 150 m2  à 15 frs l’année.

Le choix du lieu

Pourquoi ici ?

L’emplacement pourrait sembler plus étonnant. Le choix d’acheter un terrain éloigné de quelques dizaines de mètres de la place centrale (au quartier de l'Eglise) devait convenir à tous, même si, il ne correspond pas à l’usage : le situer à l'endroit le plus fréquenté par la population (Ecole – Eglise – Mairie), rappelant ainsi à chaque promeneur son message.

 

La place, au centre de Beausemblant a déjà un bassin assez important, une fontaine ainsi que les poids publics.

 

 

 

 

Si le choix d’installer le monument se faisait encore sur celle-ci, il y avait obligation de le séparer au moins du bassin et des poids publics rendant la place ainsi très « encombrée ». On peut supposer que nous avons là une raison.

Pourquoi pas le cimetière ?  Un peu plus éloigné, plus isolé, la population préfère certainement séparer les morts, de ceux, héros morts pour la patrie.

 

Le choix du monument.

Le prix reste un facteur non négligeable, il faut parfois revoir à la baisse ses ambitions d’où un choix qui est fonction de la richesse de la commune et de ses habitants dont dépendra le résultat de la  souscription, et même s’il n’est pas influencé par une quelconque idéologie, il est aussi à l’image de ce qui lui a été proposé.

Qu’est ce qui a porté le Conseil Municipal à s’adresser à ce statuaire plutôt qu'un achat sur catalogue ? Car apparemment on ne trouve pas énormément de monuments dans la Drôme signés Biny ou alors pas répertoriés comme tel.

Un devis est demandé auprès de Biny (1872.1924)  statuaire à Valence qui s’élève à 14.000 frcs. Montant tout de même assez élevé en comparaison du nombre d’habitants.

 

(Archives communales de Beausemblant)

devis monument aux mor par chabre                                                                                 (Archives communales de Beausemblant)

Le tampon Chabre-Biny avec pour adresse Paris laisse supposer qu’il était associé.

La souscription apportera 12 130 francs.  Nous y retrouvons les noms des « dignitaires » et bien sur pratiquement tous ceux touchés par le deuil.

liste souscript blog                                                                            (Archives communales de Beausemblant)

 

30 noms, dont celui, en tête, du Comte de la Sizeranne et des industriels Gauthié et Robin. Mais parmi les noms apparait par exemple « souscription Creure 855 frs ou souscription Lafumas 145.50 frs ce qui incite à penser que des particuliers ont récolté des dons et que les habitants de Creure se sont joints pour cette souscription. Certainement aussi lors de mariages, enterrements… On trouve aussi un reliquat de « fête des poilus » dont il est fait mention dans la délibération en novembre 1919, soit 62.50 frs.

souscription rec                                                                                  (Archives communales de Beausemblant)

 

Les villageois ont souvent été plus généreux du fait d’une solidarité plus affirmée : Les liens entre habitants à la campagne où tous se connaissent, sont différents de ceux de la ville.

Esquisse présenté par Chabre-Biny

 

plan détail 2                                                                                (Archives communales de Beausemblant) Extrait des plans

 

Cela ressemble étrangement à ce qui était proposé aux communes, par catalogue : La forme et les éléments que l’on désirait y voir figurer.  (sujet d'un prochain article).

Budget

La mairie a déjà engagé un crédit de 500 frs inscrit sur le budget de 1921 et elle s’engage à voter les crédits nécessaires afin de couvrir la totalité des dépenses 15 000 frs et s’il y a lieu, les dépenses imprévues. En effet la facture s'alourdie.

Demande au préfet de lui accorder des subventions 100 frs du Conseil Général et celle du ministère 600 frs ?

 

souscription p2 depenses

 (Archives communales de Beausemblant)

 

 

souscription reçu                                                                    (Archives Municipales de Beausemblant) 

 

Sur cette note apparait la subvention du ministère soit 600 francs. Elle correspond à 8% des crédits inscrits au budget.

 8 % est le résultat du nombre de morts par rapport à la population (recensement de 1911 faute d’en avoir fait pendant la guerre)

Le nombre d’habitants en 1911 est de 745 habitants

Le nombre de morts 29 ou 33.

La commune avait tout intérêt à noter le maximum de morts. Ceux nés sur la commune et ceux demeurant sur la commune.

 La facture s'élève à 14 555 frs dont :

Lyre d’Albon =  musiciens

Cpte Sylvestre = maçon

Port obus : les obus étaient cédés gratuitement mais le port restait à charge.

 (à suivre)

Posté par belsimilien à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

07 mars 2018

MONUMENT AUX MORTS

Le monument aux morts

 

Nous sommes en 2018, il y a bientôt cent ans, 1918 c’était l’année de la signature de l’armistice qui mettra fin à cette guerre.

 

Le MIROIR N° 261

 

 

 

Il faut attendre la parution du 24 novembre pour que le Miroir traite de l’armistice. Sur les 2 précédents « Miroir » aucune liesse ; les titres ne traitent même pas de la fin du conflit. Ce décalage entre la date de parution et le résumé de la semaine précédente est assez surprenant. Mais le plus étonnant c’est de ne pas trouver en couverture de l’hebdomadaire la photo des manifestations de joie ???

Les honneurs du journal appartiennent en premier lieu aux Généraux, et aux politiques. Il faut ouvrir la page centrale pour trouver une photo de la foule envahissant la cour du Palais-Bourbon suite à l’annonce de la capitulation de l’Allemagne.

 

 

Cela avait commencé en 1914 :

Le 9 aout paraissait le n° 37 qui débutait la longue liste d’une série que suivaient les Français, de semaine en semaine, et découvraient les photos d’une guerre où ne mourrait que l’ennemi.

 

 

 

L’hécatombe qui résulte de ces 4 années de combats, inutiles pour une bonne part, laissent des parents, des frères, des veuves et des enfants dans un extrême désarroi. Derrière ce gâchis, Ils ne leur restent plus que le souvenir de leur(s)  mort(s) que malgré tout on veut rendre héroïque.

Les civils veulent rendre un hommage à leurs enfants morts dans ce conflit, morts pour la patrie, pour la France !

Si on avait demandé aux soldats survivants ce qu’ils pensaient de cet hommage rendu à leurs frères d’armes, ils auraient répondu, au moins pour certains d'entre eux, qu’il aurait fallu s’occuper de leurs sorts avant qu’ils ne soient sacrifiés… Ce que l’arrière voudrait bien faire oublier en érigeant de beaux et grandioses monuments, encouragé en cela par les discours enflammés des dirigeants de l’époque, et une subvention du Ministère à la clé, proportionnelle aux nombre de morts.

Il ne faudrait pas oublier que pendant les années de guerre, le poilu se sentait devenu un étranger lors de ses permissions à l’arrière. Il dérangeait presque le « ronron » quotidien des citadins et des villageois, à vouloir rappeler que la guerre tuait au front. Un monde séparait le soldat du civil. Chacun avait ses soucis et préoccupations, à l’arrière pour subsister, les soldats du front, pour trouver une légitimité, le soutien, de la reconnaissance dans ce qu’ils accomplissaient quotidiennement.

 

courriers de poilus


   

 

06 sept 15 maudite guerre

9 oct 14 medailles noicir bouton mort nov 140 ri

Voici ce qu’écrivait le demi-frère de ma grandd-mère :

 

lettre sonier recto 23 01 15

(àsuivre)

 

 

Posté par belsimilien à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 mars 2018

MONUMENT AUX MORTS suite 2

 

L’inauguration de ce monument a eu lieu le 21 novembre 1920. On se doute que la population comme les élus ont du être déçus de ne pouvoir la faire le jour de la commémoration. Les officiels sans doute déjà retenus, le monument pas terminé ? Quoi qu’il en soit, il est plus facile de réunir la population un dimanche et c’est une foule qui assiste à l’inauguration et à la cérémonie. Musique, discours, les enfants des écoles, les survivants…

On devine les visages graves, les médailles aux manteaux des anciens combattants à gauche avec le porte drapeau,  l’émotion qui devait étreindre les voix, le souvenir encore frais des combats, des souffrances ou de l’être cher.

 

 Photo officielle de l'inauguration : (J-Ramet) -  archives communales de Beausemblant

IMG_5799

Photo retouchée

IMG_8600

Tous les habitants ont du participer à cette inauguration.

Les obus ne sont pas encore disposés en carré autour du monument.

La lyre d'Albon et quelques enfants... Je me suis demandé si ces enfants à part n'étaient pas des pupilles de la nation, avec une veuve, mais vu le nombre d'enfants cela parait peu probable. Il s'agit certainement de l'institutrice avec les enfants de "petite section".

 

 

Les survivants.

 Monsieur le Maire Louis Robin, je suppose.

Aucune trace du discours prononcé à cette occasion, c'est dommage.

Posté par belsimilien à 15:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

23 janvier 2018

DEPART AU CORSO

Si je n'ai plus le souvenir de cette photo, d'autres personnes l'ont,  au moins Sylvie, qui a conservé le cliché.

Cela se passe bien en 1966, et nous sommes sur le point de "descendre" à St-Vallier. Imaginez ! C'est le corso ! il est hors de question de manquer une telle fête, une occasion unique d'embéter les filles, de prendre un bain de foule, de bagarres de confettis. Ce soir, les mamans vont forcément retrouver dans les chambres les résidus tombés de nos chemisess et râler, mais quelle importance à côté de la journée qu'on aura passée. Je ne sais plus si nous sommes descendus à pied ou à vélo, mais on était ensemble, toute la bande !

J'ai essayé de retoucher au mieux la photo, mais la résolution ne permet pas de faire des miracles, et je demande pardon à notre pauvre Marie qui nous a quitté depuis quelques années, (Guy aussi nous a quitté) et à Dominique dont les visages ont souffert de l'usure du papier, pas des ans, mais que je n'ai pas réussi à restaurer convenablement.

 

photo départ corso ret5

J'ai pu y ajouter une autre photo prise le même jour mais un peu plus tard. Apparemment, ce qui arrivé souvent avec nos anciens appareils, 2 clichés se sont plus ou moins chevauchés, d'où ce mélange de fond... Les 2 ados par contre sont assez reconnaissables, et certainement pas loin de faire les guignols comme ils savaient si bien le faire.

serge et peristilSerge et François. (photo de Sylvie)

Posté par belsimilien à 17:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


07 janvier 2018

RECHERCHE

On vient de me donner cette photocopie d'une photo prise peut-être à Beausemblant. L'inconvénient, comme toute photocopie d'époque, car elle n'est pas d'aujourdh'ui, c'est qu'elle demeure presque illisible pour qui n'a pas les noms.

Elle est censée être prise en 1966 pour des classes en 2. Or les jeunes dont je fais partie, ne sont pas tous nés en 2 ???  Il y a des 1951, 1953 ... et nous sommes tous de La Croix des Mailles.

Je n'ai plus aucun souvenir de cette photo. Nous avons les garçons, la cravate, les filles ont aussi sorti leurs jolies robes, on peut donc penser que c'est à l'occasion d'une fête : mais laquelle ?

 

1966 gpe croix des mailles

Voici les noms :

En commençant par les 2 au fond et debouts sur le banc. A gauche Jacques Crouzet. et à ses côtés Gérard Rousset

Debout juste devant eux : à gauche Jacques Soubeyrand et Jean-Marc Delaye

Assis : Rolland Péristil - Guy Crouzet (décédé) - Serge Delaye - Sylvie Poulenas - Françoise Péristil - Chantal Rousset - Dominique Marchand - Marie Zingrini (décédée)

Marie Christine Graillat - Françoise Marchand.

Je ne sais pas le nom du garçon derrière S. Delaye. Si la pohoto était nette, je reconnaitrais certainement. En fait il s'agit de Roland Bruyère.

J'aimerais bien retrouver une personne en possession de cette photo afin de la scanner et de vous la restituer au moins en état. J'aimerais bien que l'un ou l'une de ces ados, présent sur cette photo passe par mon blog, découvre cette photo et se dise " mais je l'ai " !

Et bien voilà ! j'ai crié si fort que Sylvie m'a entendu.

Elle a cette photo, mais presque dans le même état, car elle représente tant de souvenirs, qu'elle a accompagné ses propriétaires au plus prés.

Merci Sylvie, et je continue à crier... on ne sait jamais. En attendant je vais essayer de la retoucher.

 

 

Posté par belsimilien à 19:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 décembre 2017

COMMUNION

 

Une photo de communion que l'on doit à Babeth.

Mais elle n'a, ni la date, ni les noms des personnes qui accompagnent peut-être sa grand-mère Marthe Favier épouse Couix.

 

photo babeth1

 

Alors si vous pouviez la montrer à vos parents, grands parents et arrières grands parents, peut-être reconnaitraient ils des communiants, et Marthe.

Posté par belsimilien à 14:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 septembre 2017

Amicale Laïque

 Une photo qui ressemble étrangement à une déjà passée sur le blog.

Mais qui pourra me dire qui sont les personnes au premier plan, les 2 filles et l'homme qui fait face ?

 

amicale laic laveyron

Posté par belsimilien à 08:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 septembre 2017

BOULISTES

Au temps où le terrain de boules accompagnait toujours un café, au temps où les loisirs se cantonnaient entre une partie de cartes ou une partie de boules, à la Croix des Mailles, 2 cafés, 2 jeux.

Ces photos sont prises devant le café Faure, en face de la tuilerie, et on peut reconnaître de gauche à droite Dédé SOUBEYRAND, Emile SAPET, Nini TEYSSIER et Marin GRAILLAT  (années 60)

Elle a été prise pour présenter l'équipe, couronner un succés, peut-être celui de champion de France (de leur catégorie)

 

boulistes devant café Faure rec

 

boulistes devant café Faure rec2

A gauche J.Astruce   - Mr Pascal ? -  accroupi, à gauche Loulou Chalon

A droite :  debout Albert FAURE propriétaire du café à la Croix des Mailles,

Quand je vous disais dans un ancien article que le café Faure faisait office de cabine publique, la preuve en est sur ce cliché !

Sur le portail, un panneau des résultats, je suppose du championnat UFOLEP de basket, la victoire de Laveyron sur St Sorlin par forfait ! Quand je pense que j'aurai joué dans ces 2 clubs, quelque quarante ans plus tard...

Posté par belsimilien à 07:00 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :

26 août 2017

CIGOGNES

Vous avez du vous aussi apercevoir le passage des cigognes sur notre village, et comme d'habitude, y font une halte pour la nuit que ce soit sur le chemin de l'aller ou du retour.

Voici 3 clichés tirés de la collection C. Vert.

 

cigognes soir

Elles s'installent pour la nuit.

 

cigognes beausemblant red

 

 

 

cigogne senaud red

Celle-ci date de mars lors de leur retour. Le chateau de Senaud en fond

 

 

Posté par belsimilien à 16:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :